Guérisseuse?

L’été 2001, je fis appel à un charmant menuisier lorrain pour parqueter mon grenier (  » loft » pour ceux qui ont perdu leur dico.) de 120 mètres carrés en  ma maison lorraine .

Voyant ses mains crevassées jusqu’au sang, chose selon lui fatale tous les étés, je me permis de les lui masser avec un brin de crème Nivéa, tout…bêtement!

Le mal disparut illico.

ll en fut de même pour mon voisin d’en face, ce cher Alfred, qui avait depuis des dizaines d’années consulté en vain tous les spécialistes, avalé tous les cachets et subi toutes les cures possibles. En un massage de quelques minutes, il retrouva dès le lendemain une peau de bébé!

J’en fus la première étonnée.

Mon toubib de Paris ( médecin et pédiatre assermenté) m’a dit, lorsque je lui ai conté ces faits, que les médecins auraient bien besoin de gens comme moi!

La recette? Aucune! Surtout aucune! Foin des charlatans, des gris-gris, des prières de toutes obédiences, du fric qui sous-tend tout cela, rien que le serrement du jeu des paumes, gratuit et fraternel!

Je guéris aussi les tics ( ou tocs): l’un de mes flirts ( je m’autorise le terme car il était agrégé d’anglais et très doué en french kiss!) en était hélas affublé. Tremblements ( sans stupeurs) de toutes sortes. Au bout d’une semaine à mes côtés, il était parfaitement équilibré!

Notre relation fut brève et hélas ses tics revinrent. ( M’a dit ma fille qui le croisa dans la rue avec une autre peu après).

C’est alors qu’on les appela des tocs. Les tics.

De toutes manières, moi ce que j’adore, c’est l’éthique! Et toc!

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont clos.