Mes petites recettes

LA CONFITURE DE MIRABELLE

Inviter Cabu dans votre logement de fonction d’institutrice.

Lui servir au petit-déjeuner café chaud, pain, beurre et confiture de mirabelles du verger de vos parents.

Avoir droit juste après au coeur de sa double page de Charlie.

Et puis…

voir en votre jardin de Normandie trente ans plus tard  un mirabellier- qui n’avait ja-ja-jamais rien donné- craquer de toutes ses branches sous le poids des jolies boules d’or…

Les cueillir, les laver de quelques larmes de pluie d’été, les équeuter entre pouce et index, bien leur  garder noyaux pour le parfum à la première cuisson, laisser cuire lentement en tournant avec une cuillère en bois ( pas de métal oxydant), puis mouliner à la main ( éviter les appareils bruyants: les petits font la sieste …)

Effectuer une seconde cuisson (re Q.I. re!)  avec un zeste de citron, un brin de cannelle,  un joli soupçon de pain d’épices mouliné et , bien entendu, une solide quantité de sucre ( même poids que les fruits).

Lorsque remonte l’écume à la surface de votre chaudron de fée, la prélever délicatement et la garder pour le proche goûter des  petits becs gourmands et amusés qui ne vont pas tarder à venir gazouiller dans la cuisine!

Mettre en pot, avec une belle étiquette manuscrite et un petit chapeau de cotonnade fleurie.

Ranger à l’abri dans un confiturier et savoir patienter jusqu’à l’hiver pour savourer la Merveilleuse récolte dorée de l’été…

 

LES PAINS DORES

 

Le petit pain doré est la recette des enfants par excellence! On l’appelle aussi  » pain crotté » ou « pain perdu » mais au pays de Marcel Proust chacun sait que tout le temps perdu se retrouve et couronne l’oeuvre! ( N’en déplaise exceptionnellement à notre chère Barbara!)

J’étais alors directrice des Estivales de mon village lorrain et il nous restait après chaque goûter de bons morceaux de baguettes ( magiques bien entendu, est-ce-encore besoin de le dire?).

Qu’en faire? Abracadabré! Des pains dorés!

Tranchez la baguette, trempez délicatement ( j’ai dit: DELICATEMENT!) les morceaux successivement dans une jatte de lait, puis dans un bol d’oeuf.

Puis faites la frissonner et dorer-brunir dans l’huile chaude de votre poêle.

Recto, versaille, of course!

Sucrez! Servez!

Ci-dessous, ma Maman d’amour apprenant à un jeune colon l’art des pains pas perdus du tout!

J’étais à l’époque directrice des Estivales de mon village de Woippy.

Au goûter, la mairie nous offrait de délicieuses baguettes dont il restait souvent quelques tronçons ( voyez la basane argentée à gauche de la photo).

 

Alors, hop, ma man’s venait, telle une bonne fée, et transformait ce pain sec en pains dorés.

Et moi? Je pris-prenais la photo!

Accompagnez éventuellement d’une compote de fruits rouges, pour l’équilibre nutritif et l’harmonie des couleurs.

Voilà qui est fée! UN REGAL !

RECETTE DU SAPIN MAGIQUE:

Fêtez Noël en Normandie en rêvant à vos petits enfants…

Mettez beaucoup beaucoup de sève en ce rêve…

Puisqu’il est hors de question d’acheter un sapin coupé, qui forcément mourra très vite, sans ses racines, plantez en le sol de votre territoire un petit arbre merveilleux qui sera pour vous un calendrier vivant:

Chaque bourgeon, à  chaque printemps, vous dira les jolies notes de vos petits en maternelle, puis en primaire, puis au collège. Chaque bisou qu’ils n’ont pas la possibilité de vous adresser sera ce dessin qu’ils font en cachette pour vous et passera par les souterrains

sentiers des labyrinthes de la vérité!..

Certes, rêveuse grand-mère, mais la recette, c’est quoi?

C’est trois fois rien ma chérie!

Tu embrasses des yeux ton sapin.

 

 

 

Puis, sans y toucher, mine de rien, tu le serres en ton coeur,  et le sers ensuite sur une petite assiette dans ton logis de 15 mètres carrés à Paris.

Alors tu vois émerveillée, chipie d’amour,  que l’arbre cachait en lui seul une forêt tout entière!

Tu ne mets pas d’ « e » à « tout » car nous sommes bien en présence d’un adverbe, essence invariable: féminin, masculin, singulier, pluriel, il monte droit jusqu’au ciel!

 

 

 

 

 

 

 

Et voilà!

 » Le temps des hommes c’est de l’éternité pliée. » Jean Cocteau.

 » Idem pour l’espace » . Mamie Hélène.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont clos.