XXIème Siècle: Allons bon! Panne de courant!

Que vont inscrire nos élèves sur leurs jolies frises littéraires qui ornent leurs cahiers et ornèrent les murs de nos classes?

Depuis l’Humanisme du XVI° jusqu’aux moulte courants littéraires qui fleurirent ou explosèrent au XX° siècle, les mouvements de création et de réflexion non seulement français mais carrément européens furent nombreux et bien marqués.

Depuis plus de quatorze ans, c’est la panne de courant littéraire!

Ceci devrait également pouvoir se nommer, s’inscrire en blanc, comme les trois dessins de Charb sur la 4° de couverture de l’Humanité dimanche…

Le Bullisme? L’Onédésolisme? Le Niktagrandmèrisme? L’avionisme serait non impertinent tant il y va de bas en débats stériles (  » à mon avis on devrait… » ) tandis que s’écrasent les avions.   Diérèse synérèse, tu saisis?

A vos planches, foules sentimentales! Dessinez-nous toutes ces étoiles, ces voiles, toutes ces choses pas commerciales comme chante si bien Souchon.

 

A PROPOS DE TITRES:

Victor Hugo, exilé à Jersey puis Guernesey, debout face à l’océan,   écrit L’HOMME QUI RIT,

chef-d’oeuvre  peu connu ( sauf par mes élèves)  qui conte  l’ atroce affaire des comprachicos et

les merveilles de la belle Déa…

 

Marc Lavoine publie L’HOMME QUI MENT.

Quelqu’un m’a dit que ça s’ vendait très bien.

 

Eh! Ca crée un sacré filon de titres pour les auteurs en peine d’inspiration!

Ca serait drôle! J’imagine les salons du livre:

L’HOMME QUI RONFLE

L’HOMME  QUI  DIT A SA FEMME QU’IL ETAIT EN REUNION ALORS QUE BON

L’HOMME  QUI FINALEMENT NE RIT PLUS TANT QUE CA

L’HOMME  QUI  TROUVE UN EDITEUR CENT FOIS PLUS VITE QUE PROUST

L’HOMME  QUI QUE QUOI DONT OU

 

et puis soudain…

L’HOMME QUI EST CHARLIE

L’HOMME QUI EST FLORENCE ARTAUD

L’HOMME QUI L’AVION QUI S’ECRASE A PEINE ENVOLE

L’HOMME QUI  EST GRAND COUTURIER mais c’est sa maman qui lui a appris

L’ HOMME QUI  MERDE ALORS L’AVION QUI S’ECRASE DE NOUVEAU A PEINE ENVOLE

L’HOMME QUI EST GRAND CUISINIER  mais c’est sa maman etc…

L’ HOMME QUI NE COMPREND RIEN:  TROISIEME AVION 2015 QUI S’ECRASE DES L’ENVOL

L’HOMME QUI   

Et le salon du livre sans Cabu…

 

Tranche de théâtre de vie totalement improbable entre deux chasses au dahu*:

MANON ( subrepticement):

– Mais en vrai, c’est qui notre grand-mère invisible?

NATHAN ( imperceptiblement):

LILY ( très mine de rien trop rigolote):

– Moi je sais, mais j’le dirai pas tralala!

LA MERE:

– Quelle impertinente cette Lily!

LE PERE:

–  Encore une future agrégée! Ca promet! Bon, c’est pas l’tout ma chérie, tu as dit départ à quelle heure pour la chasse au dahu?

*dahu: animal imaginaire à l’affût duquel on poste une personne crédule dont on veut se moquer.

 

La langue dite  » familière »

 

Ouvrons l’oreille, et glanons les tics tocs de la langue française orale de ce début de siècle vingt-et-unième:

Ce n’est qu’une amorce de collection, qui donnera sans doute lieu à un ouvrage inspiré tôt ou tard! Je laisse le futur auteur rédiger ou compléter lui-même mes commentaires! J’ai l’habitude.

C’est juste ouf!

Il est complètement à l’ouest! ( Expression née il y a peu, en 2012-2013. Je pense que cette expression qui signifie être complètement fou, a du être inventée par un dyslexique qui ne vote pas à gauche).

Entre guillemets: alors là, c’est un virus! Amusez-vous à compter le nombre de guillemets que vous entendez chaque jour depuis quelques années, à la radio, la télé, en classe, au café ou dans la rue!Le plus drôle c’est lorsqu’en plus ils sont mimés!

– Yapadsouci! Là ça date un peu plus. Disons d’ une bonne dizaine d’années. Et pourtant!…Comme c’est joli un flamboyant bouquet de soucis dans un joli vase sur le guéridon du salon!..

– Un espèce de: Faute banalissime ( même chez de grands lettrés): Espèce est un substantif féminin, donc  » une espèce de « . Mais  » un genre de » C’est pourtant pas compliqué!

– On va dire ça comme ça: Bon! Ok! ( Qui est « on »? Qu’est-ce que « ça »? Pourquoi dire qu’on va le dire, au futur, puisque c’est dit, au passé? Et si c’est dit c’est forcément dit comme c’est dit. Donc comme ci. )

Pour le coup: Très mode en 2014-15

– En même temps, pour autant, après, ensuite…: Invasion stylistique typiquement modern’ France ( donc, n’allez pas une fois de trop accuser les immigrés!) de ces idiomes idiots qui ont chassé notre adorable petite conjonction  » mais » et notre  » cependant » chéri, ainsi que son jumeau  » toutefois ».

Je les entends d’ici pleurer tous trois en rêvant à leur grammaire  grand-mère bien aimée que Monsieur Macron avait oubliée dans sa loge le jour de la présentation-télé. J’ai écrit

 » grand-mère? » ? Oh! Ben ça alors!

C’est ballot!

Natif de 1884, sous la plume de Martin du Gard,  je suis très amusé de faire ma réapparition en votre début de XXI° siècle, via la télévision, avec épidémie constatée chez la plupart des animateurs.  J’ai entendu dire que vous communiquez maintenant tous azimuts aux quatre coins de la planète! Vous avez même dépensé ( dé-pensé) des milliards pour aller en découvrir d’autres, avec des robots, et que pendant ce temps  des enfants meurent de faim, des Justes sont torturés, des peuples ont été massacrés par millions dans l’indifférence générale, des innocents sont décapités, des génies kalachnikofés,

ah oui! C’est vraiment ballot!

– QUE DU BONHEUR! Le Front national monte en veux-tu en voilà. Les héritiers de Daumier sont tués. Ma fille qui décollait les affiches de Le Pen dans un paisible village lorrain ne me donne plus le moindre signe de vie. Comme dirait la Michèle ( qui a perdu son chat): Que du bonheur!

– ALLER et ETRE:

« 95 fois sur 100 la femme s’emmerde en baisant » chante Brassens

et, toutes statistiques vérifiées,  c’est le même pourcentage de femmes et d’hommes qui chevauche négligemment le fin distinguo séparant-mariant  » aller » et  » être ».

Et pourtant…

Aller est le délicieux préliminaire d’être. Sans y aller on ne peut y être. Réfléchis un peu!

Je fais partie des 5 pour cent qui…et qui ne confondent pas  » Je suis allée » avec  » J’ai été ».

Ensuite il y a le trop fameux  usage d' » On ne peut être et avoir été ». L’auteur de cette affirmation péremptoire se fond dans la nuit des temps.

Voltaire, lui,  pourrait-il être lu et relu par le monde entier s’il n’avait été ce qu’il fut et reste?

On ne peut être que si l’on a été. Parfois, un proverbe doit se retourner comme les baleines d’un parapluie au gré du vent joli! Bé oui!

– LA BRAVITUDE

de Ségolène.

J’adore ce joli  néologisme! BRAV…O!

J’aime cette bravitude qui est minoritaire au premier tour des départementales 2015 mais garde la tête haute et ne pactise pas avec l’inacceptable par un lâche et dangereux  NINI.

 

 

– ET PUIS KROT!

Et puis double zut et crotte! Comme sont doux à nos oreilles tous les jolis accents du terroir et ces merveilleuses

intonations d’ici, d’ailleurs et de là-bas,  de nos immigrés adorables qui mettent tant d’efforts à

apprendre

la si belle langue de France,  celle qui embrasse et qui accueille …

 

Vendredi 27 novembre 2015

Même le brouillard  sur Paris monte la garde du deuil national.

 

14 février 2016

nous constatons peu à peu la disparition des l, des j, des n

Ecoutez les animateurs d’émissions télévisées:

 » I pense que » ‘ cela entre maintenant dans le langage courant, banalisé. Perte d’aile! On ne dit plus  » plu », on dit « pu ».

Le je est martelé à la cra-vache:  » Ch’trouve que » Prononciation  qui devient presque banale. Drôle de « je ».

Il va falloir inscrire le ch dans la liste des pronoms personnels!

Nous avons également le  JEAN qui remplace le je JE N’EN.

Mais où sont les neiges d’antan?

Deux cafés et l’addition! Merci!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont clos.